La naissance des robots

L’origine du mot “robot”

On ignore si c’est en 1917 ou 1920, soit environ un siècle que Karel Capek, l’écrivain tchécoslovaque, utilise pour la première fois le terme robota, qui a son équivalence en russe (работа). Robota veut dire “travail” ou “service”. Selon ses dires, ce serait son frère Josef, artiste, qui aurait inventé le mot, dont la signification est travail. Il désigne dans la pièce un être humain organique artificiel, autrement dit ce qu’on appellera plus tard androïde.

L’invention du robot

Si le terme de robot n’apparaît qu’au 20e siècle, on retrouve les traces du concept bien avant. En effet, à toutes les périodes, l’homme a essayé de trouver toutes sortes de solutions afin de s’épargner les efforts et les risques liées à des tâches pénibles et/ou dangereuses. Ainsi, dès la Préhistoire, on retrouve les premiers automatismes utilisés dans les pièges pour attraper le gibier. C’est le cas par exemple pour le collet à déclencheur qui est équipé d’un détecteur et d’un actionneur. Durant l’Antiquité, Archytas de Tarente invente un pigeon volant et Héron d’Alexandrie met en scène ses célèbres scènes théâtrales animées. Plus tard, sont inventés les automates dont on retrouve des témoignages notamment au 12e siècle avec les réalisations de Al-Jazari, un inventeur arabe. Inspirées par les anatomies interdites, Léonard de Vinci construit au 16e siècle le Chevalier mécanique, tout premier androïde qui peut coordonner les mouvements de ses jambes, de ses bras et de sa mâchoire. Dans la première moitié du 18e siècle, Jacques de Vaucanson, inventeur et mécanicien français, conçoit deux automates particulièrement évolués : un musicien jouant d’un instrument à vent et le fameux canard digérateur rapidement surnommé canard de Vaucanson, qui mange, digère, défèque, cancane et simule la nage. Exposé au Palais-Royal, il possède un mécanisme apparent sur l’arrière, permettant à tous d’en observer le fonctionnement. Les horlogers Jacquet-Droz conçoivent à la même époque qu’un écrivain, une musicienne et un dessinateur effectuant les mouvements liés à l’exercice de leur profession.

Au 19e siècle, Eugène Faber crée Euphoria, un automate censé dialoguer avec les spectateurs. Le baron Von Kempelen conçoit quant à lui un automate turc qui, actionné par un homme caché dans le mécanisme, peut jouer aux échecs.

Les premiers robots

Il faut attendre le 20e siècle pour découvrir le premier robot. Inspirés des travaux des psychologues Thorndike et Hull sur les capacités d’apprentissage et de ceux du physiologiste Pavlov sur l’homme et l’animal, Hammond et Miessner créent en 1915 un chien électrique qui est attiré par la lumière, Russel et Grephens des machines en 1913 et 1929, Grey Walter des tortues cybernétiques en 1950, Ashby un homéostat deux ans plus tard et Ducrocq un renard électronique l’année suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *